Bus C3 : le projet mené par le SYTRAL est un échec cuisant

Le projet C3 sur le cours Lafayette est en face de finalisation. Marc Augoyard dénonce ce projet mené par le SYTRAL qui est un échec cuisant en termes de développement durable, d’urbanisme, de cadre de vie et de vie commerciale pour le cours Lafayette et les quartiers environnants. On ne compte plus les commerces à céder, les difficultés de circulation – tant pour les voitures que les cyclistes ou les piétons, le stationnement anarchique sur les trottoirs, la thrombose des axes débouchant sur le cours parce que les feux sont réglés sur le passage du C3, l’absence d’arbres sur la partie du cours exposée au soleil, etc. Et que dire de la dernière mobilisation des taxis qui s’étaient vu interdire l’usage du couloir bus, souvent vide ?

Intervention de Marc Augoyard

Monsieur le Président,

Nous allons adopter une convention entre la métropole, le SYTRAL et Kéolis pour le parking des Pannettes à Meyzieu. Nous voterons bien évidemment cette délibération.

Mais permettez-moi d’utiliser l’exemple de cette convention pour évoquer la difficile coopération – voire même l’impossible dialogue – entre les élus de proximité, la technostructure du SYTRAL et l’exploitant en prenant l’exemple d’un axe majeur pour notre métropole : le cours Lafayette, avec le projet C3. J’aurais pu prendre bien d’autres projets.

Sur le papier, et encore, le bus C3 fonctionnera mieux, il devrait être plus ponctuel. 

Mais dans les faits, le projet mené par le SYTRAL est un échec cuisant en termes de développement durable, d’urbanisme, de cadre de vie et de vie commerciale pour le cours Lafayette et les quartiers environnants. On ne compte plus les commerces à céder, les difficultés de circulation – tant pour les voitures que les cyclistes ou les piétons, le stationnement anarchique sur les trottoirs, la thrombose des axes débouchant sur le cours parce que les feux sont réglés sur le passage du C3, l’absence d’arbres sur la partie du cours exposée au soleil, etc. Et que dire de la dernière mobilisation des taxis qui s’étaient vu interdire l’usage du couloir bus, souvent vide ?

Tout cela parce que le SYTRAL a pensé le cours Lafayette comme un tuyau à bus, et non comme l’axe majeur qui relie la Presqu’île et la Part-Dieu.

Pourquoi ?

Parce que la technostructure a été sourde aux conseils des élus de proximité qui connaissent le territoire et qui voulaient sincèrement améliorer le projet, alors même que le programme sur lequel ils avaient été élus portait une autre vision du cours avec un métro.

Aujourd’hui l’échec est là. Nous le payons tous. Il faudra reprendre l’ouvrage dans quelques années à peine parce que le bus est clairement insuffisant et que l’on ne peut pas laisser un axe majeur dans cet état là. 

Que d’argent public gaspillé alors qu’il est si rare et si précieux ces temps-ci… !

Monsieur le Président de la Métropole, Madame la Présidente du SYTRAL, il est difficile de vous blâmer. Le problème vient de vos prédécesseurs respectifs, vous avez hérité de cette situation. Vous pouvez, vous devez corriger le tire pour les projets à venir.

Je vous remercie,

Marc Augoyard


Conseil de la Métropole du 10 décembre 2018

Dossier n°2018-3145 : Meyzieu – Convention avec le Syndicat mixte des transports pour le Rhône et l’agglomération lyonnaise (SYTRAL) et Keolis pour la vidéoprotection de la gare bus du parking des Panettes à Meyzieu et la mise à disposition de fibres optiques 

Intervention de Marc Augoyard