Cela fait déjà 7 ans que le dossier du collège Vendome est en discussions au Grand Lyon et au Conseil Général du Rhône, puis aujourd’hui à la Métropole de Lyon.

Divisé en deux sites, d’un côté les classes de 5ème, 4ème et 3ème et toutes les fonctionnalités du collège (direction, CDI, gymnase, salles des professeurs, etc…) et d’un autre, sur le site annexe rue Montgolfier, les 6ème dans des locaux jugés vétustes. De plus, actuellement les collégiens n’ont pas de cantine et doivent se rendre au lycée Edouard Herriot pour les 5ème, 4ème et 3ème mobilisant ainsi 14 personnes entre 12h et 14h. Quant aux 6ème ils partent en car à Villeurbanne.

La question est posée sur la nécessité de construire une cantine pour répondre aux besoins du collège : Où sera-t-elle située ? La Métropole a statué, ce sera sur le site rue Montgolfier, obligeant les 3 classes concernées à ce déplacer tous les jours avec les coûts d’encadrement engendrés.

Laurence Croizier est à nouveau intervenue sur ce sujet, dans l’optique de défendre les intérêts des collégiens.

Intervention de Laurence Croizier

Monsieur le Président,
Monsieur le Maire de Lyon,
Monsieur le conseiller délégué aux collèges,
Mes chers collègues,

A plusieurs reprises, je suis intervenue au nom de la Mairie du 6ème sur la question de la mise en place d’une cantine pour les collégiens du collège Vendôme.

Je rappelle que le collège Vendôme est organisé sur 2 sites : un site principal rue Vendôme, réunissant les classes de 5ème, 4ème et 3ème et toutes les fonctionnalités du collège (direction, CDI, gymnase, salles des professeurs, etc…) et les 6ème sur le site annexe rue Montgolfier dans des locaux vétustes.

La note de faisabilité du 14 décembre 2010 du Conseil Général du Rhône définissait déjà l’implantation de la demi-pension sur la parcelle rue Vendôme.

Depuis 2011, les courriers du pôle développement et planification des collèges confirment qu’en aucun cas l’hypothèse d’une implantation sur le site annexe était envisagée (et pour cause…).

Depuis 2011, le Grand Lyon et le Conseil Général avaient d’ailleurs eu des échanges techniques sur le dossier attestant de la volonté de positionner cette cantine sur le site principal du collège.

Par courriers, courriels ou discussions, nous avons expliqué et justifié toutes les raisons pour lesquelles la solution devait se situer sur le site principal.

Nous avons dès lors proposé plusieurs solutions, des plus simples financièrement – maintenant les 6ème à leur emplacement actuel – aux plus ambitieuses permettant d’être « intelligents ».

Force est de constater qu’il y a un vrai problème de méthode. C’est d’ailleurs la conclusion de Monsieur le Maire du 6ème, suite à la réunion de jeudi dernier où Monsieur le Conseiller et les Services délégué nous avaient enfin invités pour discuter de ce dossier. 

En effet, là où naïvement nous pensions enfin pouvoir échanger sur les différentes solutions, nous avons appris que la décision avait été prise de construire la cantine sur le site annexe, entérinant définitivement toutes les contraintes et dysfonctionnements actuels, voire les amplifiant puisqu’il y aura désormais plus d’élèves inscrits à la cantine donc plus d’élèves de 5ème, 4ème et 3ème à encadrer qui se déplaceront entre 12h et 14h et qui mobilisent déjà 14 personnes actuellement.

Nous ne savons pas ce qu’il y a de plus grave dans ce dossier : la décision en elle-même, qui est une mauvaise décision pour l’avenir, ou la méthode employée pour y arriver ?

Que faut-il faire ou croire, Monsieur le Président, quand nos demandes de réunion de travail, nos courriers et vos engagements restent lettre morte ?

Vous dites que nous sommes tenaces sur ce dossier, (il s’agit de ma 4ème intervention en conseil depuis 2015) mais il s’agit de la chronique d’une mort annoncée : pas de réunions de calage d’objectifs, pas de réunions de travail avec tous les acteurs, services, Principale du collège,… La Métropole nous « ballade » d’arguments techniques en absence de décision politique…

Il ne s’agit là en aucune façon d’oublier les besoins des autres collèges de la Métropole, qui ont, – dites-vous – été fort mal anticipées par le Conseil Général.

Monsieur le Président, la Mairie du 6ème est bien consciente des contraintes budgétaires. Nous avons présenté des solutions intermédiaires puis une solution plus aboutie intégrant la vente du tènement rue Montgolfier. 

Dès lors, si la présentation que vous avez eue de ce dossier se résume aux éléments suivants : « la solution de la mairie du 6ème coutera 23m€ là où la PPI en mentionne 4,4m€ et donc n’est pas prioritaire », je peux vous assurer que cette présentation est biaisée et n’a pas de lien avec la réalité budgétaire du projet défendu par la Mairie du 6ème. 

Je vous propose de retenir effectivement le fait que nous ne sommes pas prioritaires, même dans l’écoute et le partage de réflexions. 

Je vous remercie,

Laurence Croizier


Conseil Métropolitain du 25 juin 2018
Intervention de Laurence Croizier
Dossier n° 2018-2788 : Service public de restauration scolaire au sein des collèges métropolitains


Interventions sur le même sujet

Le dispositif ULIS ne pourra pas être mis en place pour les classes de 6ème du collège Vendôme

Collège Vendôme : notre ténacité sur ce dossier n’est emprunt que du souci de ne pas rater une opportunité d’optimiser le fonctionnement d’un collège

Une politique métropolitaine ambitieuse pour les demi-pensions de nos collégiens.

 

RSS
Follow by Email
Facebook
Facebook
YouTube
YouTube