De la théorie à la pratique ou comment la Métropole est parfois rattrapée par « la vraie vie »

Le parking de la Place de l’Europe est un parking à l’origine provisoire. Installé précairement sur un terrain HCL dans l’attente enfin d’un projet sur la place de l’Europe. Il est ouvert à tous, comme la voirie, avec en particulier l’accès à la vignette résident pour les riverains soit un « abonnement » de 20 € par mois. Il dispose d’environ 120 places et a été utilisé pendant les travaux du C3 comme base vie du SYTRAL.

Aujourd’hui, le nombre d’abonnés du parking des Halles est trop important, la gouvernance de la Métropole de Lyon nous demande donc de confier – sans appel d’offres d’ailleurs – sur un terrain précaire, un bail à LPA pour implanter les abonnés d’autres parkings. Conséquences pour les habitants du 6e : 3 fois moins de places pour se garer à un tarif 3 fois plus cher puisque ce sont désormais 60 euros par mois qu’ils devront acquitter pour se garer dehors !

Intervention de Laurence Croizier

Monsieur le Président, mes chers collègues,

Mon intervention pourrait s’intituler « de la théorie à la pratique ».

Ou comment la Métropole est parfois rattrapée par « la vraie vie », celle des vraies gens qui ont des vrais problèmes ou façons de vivre, mais pour lesquels la politique publique devrait bien entendu être incitative, mais aussi objective.

Car, lorsque la politique publique n’est pas objective, in fine, il y a toujours un utilisateur qui en pâtit…

Alors de quoi s’agit-il ?

Je vais vous parler d’Europe… Mais de la place de l’Europe ou plus exactement du parking de la place de l’Europe, qui décidément attire tous les maux…

Ce parking est un parking provisoire, dont le provisoire dure depuis les années 80. Installé précairement sur un terrain HCL dans l’attente enfin d’un projet sur la place de l’Europe. Il est ouvert à tous, comme la voirie, avec en particulier l’accès à la vignette résident pour les riverains soit un « abonnement » de 20 € par mois. Il dispose d’environ 120 places et a été utilisé pendant les travaux du C3 comme base vie du SYTRAL.

En échange, il était convenu que la Métropole et le Sytral remettraient ce parking en état à l’issue des travaux et bien entendu en rendraient l’utilisation aux riverains.

Mais revenons un peu en arrière….

En juin 2009, pour rendre financièrement acceptable le dossier de la tour In City, Monsieur le Maire de Lyon a fait passer la modification 6 du PLU comportant la suppression du nombre minimal autorisé de places de stationnement pour les bureaux, à l’intérieur de l’ensemble du périmètre du centre d’affaires de la Part-Dieu. 

« On a une solution parking innovante« , avait même répondu sans rire le directeur délégué chez Sogelym Dixence. 

Mais, avec près de 42 000 m2 de bureaux et de 3500 collaborateurs, il était prévisible qu’un certain nombre ait la nécessité d’un abonnement d’accès à un parking.

Lorsqu’il s’est agi de fermer le parking 3000, à la question posée dans le journal « le Met’ » de janvier 2017 : « Si besoin, où vais-je pouvoir me garer, désormais ? »

La réponse était : « Si vous venez en voiture, privilégiez le covoiturage et l’auto partage. Plusieurs parkings restent accessibles : ils sont situés au cœur du centre commercial, ou dans le quartier de la Part-Dieu, à moins de dix minutes à pied, et offrent un total de 4 145 places. »

  • Parking Bonnel Servient (770 places), Parking Oxygène (495 places), Parking des Halles (470 places), 
  • Parking des Cuirassiers (760 places), 
  • Parking Gare Part-Dieu (1740 places).

Dans le document d’information sur la Part-Dieu, ce sont même 5 240 places de parking automobiles publiques disponibles pour ceux qui travaillent ou habitent à la Part-Dieu ou qui s’y rendent…

Parfait, donc…

Revenons alors au parking de la place de l’Europe

Pourquoi diantre la Métropole vient-elle nous voir pour nous indiquer la transformation de ce parking pour un parking LPA ?

Parce que le nombre d’abonnés du parking des Halles est trop important et que les belles organisations n’y suffisent plus. La liste d’attente s’allonge…

En bref, LPA et la Métropole ont besoin de places de stationnement sur ce site pour leurs abonnés.

Où sont les 4 145 places à moins de 10min ?

Vous nous demandez de confier – sans appel d’offres d’ailleurs – sur un terrain précaire un bail à LPA pour implanter les abonnés d’autres parkings. Conséquences pour les habitants du 6e : 3 fois moins de places pour se garer à un tarif 3 fois plus cher puisque ce sont désormais 60 euros par mois qu’ils devront acquitter pour se garer dehors !

J’oubliais la loi MAPTAM, qui a bon dos parfois ! Effectivement, la compétence stationnement est désormais de la compétence de la Métropole. Mais la loi MAPTAM n’interdit pas de passer une convention entre la Métropole et la Ville de Lyon pour gérer temporairement cet espace qui en plus n’est propriété ni de l’un ni de l’autre…

Et enfin, franchement, l’argent public est rare, et apprendre que plus de 500 000 euros vont être dépensés pour réaliser plus qu’une remise en état de ce parking qui somme toute, doit disparaitre dans sa forme actuelle dans les prochaines années…

C’est donc bien sûr avec grand plaisir que nous voterons cette délibération pour accompagner le Club des entreprises de Lyon Part-Dieu à renforcer et conforter les actions de sensibilisation à l’éco mobilité et déployer plus fortement le télétravail. En particulier pour les collaborateurs de la tour In City.

En espérant vivement que la Métropole abandonnera cette idée étrange sur le parking de la place de l’Europe et étudiera comment mobiliser mieux ces fameuses 4 145 places disponibles à mois de 10min à pied.

Je vous remercie.

Laurence Croizier