« Les collaborateurs des groupes politiques de la Métropole de Lyon jouent un rôle capital pour la qualité du travail du Conseil de la Métropole et plus généralement pour la démocratie dans notre collectivité. »

Monsieur le Président,

Ce rapport concerne le budget destiné à la rémunération des collaborateurs des groupes politiques. Ces salariés de la Métropole de Lyon jouent un rôle capital pour la qualité du travail du Conseil de la Métropole et plus généralement pour la démocratie dans notre collectivité. Ils apportent en effet expertise et travail de fond sur les dossiers de notre collectivités, des dossiers qui concernent le quotidien de l’ensemble des habitants de la Métropole, des associations et des entreprises de notre territoire.

La proposition qui est faite aujourd’hui est exactement la même que celle faite en janvier, puis février 2017. A l’époque 8 groupes, membres de la majorité comme de l’opposition, avaient adressés un courrier commun au Président de la Métropole indiquant leur opposition à cette proposition et suggérant d’autres hypothèses. Aujourd’hui, l’exécutif ayant évolué, il est très probable que les positions de certains évoluent aussi !!!

Alors qu’ils jouent un rôle clef dans l’analyse des dossiers, la co-construction des propositions, les collaborateurs de groupe subissent une précarité salariale. En 2017, ils ont successivement eu 4 CDD de 2 à 3 mois chacun. La très grande majorité d’entre eux subissent un temps partiel (25% pour certains, un plus grand nombre à 40, 50 ou 60%).

Il est possible d’améliorer sensiblement la situation, tout en restant dans une indispensable modération budgétaire. La Ville de Lyon, par exemple, a fait le choix d’une répartition du budget avec une part fixe par groupe politique comportant moins de 12 élus, puis le reste du budget étant alloué à la proportionnelle des effectifs de chaque groupe. Ce mode de fonctionnement permet à chaque sensibilité politique d’avoir les moyens d’un travail efficace tout en dotant les groupes les plus peuplés d’un budget significativement plus élevé. Il y a là un équilibre salutaire, il y a là une équité au service de la démocratie.

Vous avez fait le choix du statut quo, vous avez fait le choix de risquer d’appauvrir le débat démocratique dans notre collectivité. Dans ces conditions le groupe UDI votera contre ce rapport.

Je vous remercie,

Christophe Geourjon

RSS
Follow by Email
Facebook
Facebook
YouTube
YouTube