La transformation de l’axe autoroutier M6/M7 en boulevard urbain doit prioritairement permettre un transfert modal

Le dossier de déclassement est le grand dossier de ce mandat ! Les interventions et les propositions des élus du groupe UDI et Apparentés de la Métropole de Lyon sont nombreuses.

Ce rapport technique donne donc le top départ des 1ers travaux d’aménagement des voiries : d’une partie du quai Perrache, d’un itinéraire cyclable entre Perrache et Pierre-Bénite et du parc-relais au niveau de l’échangeur de la Garde à Dardilly.

Nous regrettons que le gouvernement, dans le cadre du débat sur la Loi d’Orientation des Mobilités (LOM), ait refusé la possibilité de mettre en place des péages de transit afin de protéger les agglomérations. Cet outil est crucial pour le succès du déclassement de cette portion de l’A6/A7. Il est donc capital que nos parlementaires, dans le respect de leur diversité, se battent collectivement pour que le gouvernement accepte qu’un cadre législatif autorise les agglomérations à mettre en œuvre un tel péage.

Intervention de Christophe Geourjon

Monsieur le Président,

Les élus UDI et apparentés approuveront cette délibération qui constitue une nouvelle étape dans le projet d’apaisement de l’ex-axe A6/A7 entre Limonest et Pierre-Bénite, portion de voirie rebaptisée M6/M7.

Pour nous, la transformation de cet axe autoroutier en boulevard urbain doit prioritairement permettre un transfert modal. Ce déclassement ne doit pas être un simple transfert d’automobilistes sur d’autres voiries, c’est tout l’intérêt de la mise en œuvre, à court terme, du RER à la Lyonnaise que nous défendons. Il y a là un véritable enjeu de développement durable. Ce déclassement doit être gagnant-gagnant pour l’ensemble des habitants de la métropole.

Ce rapport technique donne donc le top départ des 1ers travaux d’aménagement des voiries : d’une partie du quai Perrache, d’un itinéraire cyclable entre Perrache et Pierre-Bénite et du parc-relais au niveau de l’échangeur de la Garde à Dardilly.

Nous sommes satisfaits de l’évolution des parcs-relais qui vont maintenant inclure du stationnement sécurisé pour les vélos. De même, nous soutenons le démarrage de l’expérimentation de la voie réservée au co-voiturage. C’est une solution efficace et relativement peu couteuse pour lutter contre l’autosoliste et améliorer ainsi la qualité de l’air tout en réduisant la saturation de nos voiries. Nous serons attentifs au 1er bilan qui pourra être dressé, car cette expérimentation a vocation à être étendue. 

Nous souhaitons redire que nous estimons cette 1re étape trop modeste, en particulier la capacité des parcs relais qui est ridiculement faible, mais aussi la qualité de la desserte des bus express. 

Au-delà, nous regrettons que le gouvernement, dans le cadre du débat sur la Loi d’Orientation des Mobilités (LOM), ait refusé la possibilité de mettre en place des péages de transit afin de protéger les agglomérations. Cet outil est crucial pour le succès du déclassement de cette portion de l’A6/A7. Il est donc capital que nos parlementaires, dans le respect de leur diversité, se battent collectivement pour que le gouvernement accepte qu’un cadre législatif autorise les agglomérations à mettre en œuvre un tel péage.

Pour conclure, je souhaite revenir sur le trafic local qui représente 80% des 110000 véhicules. À ce jour, nous n’avons pas d’informations précises sur l’origine de ces véhicules, leur destination, les horaires de passage, ainsi que la fréquence de passage sur cette portion de l’autoroute. Pour les élus UDI et apparentés cette connaissance est essentielle pour définir avec efficacité les solutions de substitutions à l’axe A6/A7 entre Limonest/Écully et Pierre Bénite. Nous souhaitons que la Métropole lance une étude qualitative sur les habitudes de déplacement des usagers de cette portion de voirie. 

Je vous remercie,

Christophe Geourjon


Conseil de la Métropole du 24 juin 2019

Dossier n°2019-3528 : Requalification M6-M7 (ex A6-A7) – Horizon 2020 – Individualisation complémentaire d’autorisation de programme – Approbation d’une convention de transfert de maîtrise d’ouvrage temporaire avec la Ville de Lyon – Sollicitation de subvention Fonds européen de développement économique et régional (FEDER)