L’anneau des sciences sera l’opportunité d’agir dans une vision globale

Ce lundi 16 décembre Marc Augoyard a souhaité utiliser une délibération sur le périphérique nord pour évoquer — une nouvelle fois — le projet d’anneau des sciences.

Ce projet a été remis sur le devant de la scène par différentes annonces dans le cadre des élections municipales et métropolitaines.

Intervention de Marc Augoyard

Monsieur le Président, mes chers collègues,

Je souhaite utiliser cette délibération sur le périphérique nord pour évoquer — une nouvelle fois — le projet d’anneau des sciences.

Une nouvelle fois, car ce projet a été remis sur le devant de la scène depuis le dernier conseil métropolitain par des annonces pas toujours heureuses, il faut le dire.

Il y a eu des confirmations et je m’en réjouis.

Il y a aussi eu des hésitations et il y a eu des renonciations, ce que je regrette.

Ce débat a pris des proportions hallucinantes !

Alors qu’il ne s’agit finalement que de boucler une voirie pour que l’on puisse aller d’un point A à un point B sans être forcés de traverser le cœur de l’agglomération, on accuse les élus et les citoyens favorables au bouclage du périphérique d’être coupables de climaticide !

Et je ne parle pas des Philippulus professionnels qui nous annoncent l’arrivée de ZAD et de la transformation du sud-ouest de notre agglomération en Notre-Dame-des-Landes. Mais comment tolérer cette forme de chantage ?

La belle affaire ! 

Jamais on ne pense aux habitants de Perrache ou du 7e ni même à ceux de Tassin ou du 5e qui subissent chaque jour le trafic de transit. 

Parfois, le débat défie toute logique.

Il y a ceux qui ont toujours été dans l’opposition à ce projet. Je pense notamment aux élus EELV. Ils ont montré une certaine constance en la matière. Ils ont aussi montré une réelle incohérence, car cela ne les a jamais empêchés de demeurer au cœur de l’exécutif d’une métropole qui n’a jamais cessé la préparation de la réalisation de cette infrastructure.

Il y a ceux qui viennent d’annoncer leur opposition au projet. Nous avons pourtant voté ensemble au dernier conseil des délibérations concernant le vallon des hôpitaux à Saint-Genis-Laval, délibérations qui évoquent précisément l’arrivée prochaine de l’anneau des sciences.

D’autres, ou parfois les mêmes, vont dire que l’on ne doit pas faire l’anneau des sciences, mais qu’en même temps on va pourvoir transformer l’axe M6/M7 en boulevard urbain. De qui se moque-t-on ?

Pire encore, on va même jusqu’à opposer anneau des sciences et investissement dans les transports en commun. On sacrifierait donc le développement des transports en commun sur l’autel de l’anneau des sciences. La réalité, c’est qu’on a besoin des deux et que ce ne sont pas les mêmes sources de financement.

En fait, le périphérique nord qui est l’objet de cette délibération nous montre comment une infrastructure peut contribuer à améliorer les conditions de circulation et le cadre de vie dans les quartiers alentour.

J’ai grandi dans le 9e arrondissement, je me souviens de la rue Marietton et de la rue de Bourgogne avant l’arrivée du périphérique et du métro D. Là, pour le coup, c’était le tout voiture.

Pour l’anneau des sciences, nous avons finalement la chance d’avoir eu le temps de la réflexion si j’ose dire. On peut le transformer en réponse aux grands défis de notre métropole en prenant en compte les exigences de notre temps, mais surtout les enjeux des décennies à venir.

Ne restons pas scotchés dans les années 70 et rappelons-nous que l’anneau des sciences sera l’opportunité d’agir dans une vision globale qui permettra :

  • de boucler enfin le périphérique,
  • d’enfin faire une ligne forte de transport en commun circulaire,
  • de faciliter l’accès à des lignes fortes de transports en commun, avec des parcs relais,
  • d’investir dans les transports en commun notamment avec le métro E et le prolongement du métro B, 
  • de faire respirer notre agglomération,
  • d’accompagner la réduction de la place de la voiture dans nos déplacements. 

Le statu quo améliorera-t-il le cadre de vie de nos concitoyens ? C’est peu probable.

Ce qui est certain, c’est qu’abandonner le projet d’anneau des sciences aboutira de fait à une moindre qualité de vie des habitants de la métropole.

Je vous remercie.

Marc Augoyard


Conseil de la Métropole du 16 décembre 2019

Dossier n°2019-3928 – déplacements et voirie – Contrat de partenariat pour la conception, la réalisation et le financement des travaux de mise en sécurité et pour la gestion du boulevard périphérique nord de Lyon (BPNL) – Approbation de l’avenant n° 3
Dossier n°2019-3929 – déplacements et voirie – Rapport des délégataires de services publics – Contrat de partenariat pour la conception, la réalisation et le financement des travaux de mise en sécurité et pour la gestion du boulevard périphérique nord de Lyon (BPNL) – Exercice 2018 

Intervention de Marc Augoyard