Yves-Marie-UHLRICHMonsieur le Président,

Lorsque l’on parcoure les 140 pages du Contrat de Ville 2015/2020 pour la Métropole de Lyon, on ne peut qu’être séduit par  la richesse du vocabulaire employé pour qualifier les bonnes intentions de l’État et son application locale.

On ne peut qu’être admiratif devant toutes les réussites programmées et dont le résultat semble garanti d’avance.

Certes, des moyens sont mis en œuvre pour améliorer la vie des quartiers difficiles, apporter de la solidarité pour faciliter l’évolution sociale, l’intégration des populations marginalisées…

Bref, il y a dans ces 140 pages des éléments très concrets, bien évidemment…

Mais j’allais dire, heureusement mes chers collègues.

La réalité est toute autre !

Et nous en avons la preuve par la sortie de certains quartiers du dispositif prioritaire pour lesquels il nous est démontré que la « veille active » est suffisante car ces secteurs seraient, soit disant, en voie d’amélioration de manière significative.

Une nouvelle fois, ce sont les cabinets ministériels technocratiques qui ont décidé de cela, au mépris de l’avis des acteurs de terrains que sont les associations et les élus locaux.

C’est ce que nous constatons plus particulièrement sur la commune d’Écully.

Le Contrat de Ville métropolitain 2015-2020 suscite de vives et légitimes inquiétudes sur notre territoire aussi bien de la part du Centre social, des associations de parents d’élèves, des élus et de tous les acteurs locaux.

Nous en avons pour preuve le développement actuel des incivilités, la montée des violences en tous genres, le départ de la quasi-totalité des enseignants de maternelle de l’école du Pérollier pour la rentrée scolaire prochaine, l’accroissement des difficultés sociales par l’arrivée de populations nouvelles…

Cela est d’autant plus inacceptable que le quartier de la Duchère, qui jouxte celui des Sources – Pérollier et qui correspond au même bassin de vie, a connu une mutation profonde et bénéficie aujourd’hui encore d’investissements importants.

Engagé comme conseiller municipal sur ce quartier dès 1989 et ayant créé à l’époque une association de Prévention Jeunes, je connais bien ses problématiques.

Depuis 2001, je n’ai cessé de défendre la nécessité de maintenir les contrats de cohésion sociale et les contrats de ville.

Jusqu’à ce jour j’avais toujours été entendu.

La sortie des secteurs comme celui de ma commune du dispositif prioritaire va faire courir un grand risque de dégradation à ces quartiers dont l’évolution sociale était favorable.

Ceux qui l’ont décidé en porteront la responsabilité.

Par solidarité envers Ecully, notre groupe s’abstiendra sur ce dossier.

Je vous remercie.

RSS
Follow by Email
Facebook
Facebook
YouTube
YouTube