Lors du conseil Métropolitain du 10 décembre, le Pacte de Cohérence Métropolitain a été voté. 

Fidèle à ces positions lors des mois de préparation de ce document fondateur de la Métropole, Christophe Geourjon a exprimé sa déception face au contenu de ce Pacte. 

Nous vous proposons de découvrir son intervention et les différents amendements présentés aux élus Métropolitains. 

Pacte proposé par UDI
Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Pacte par Gérard Collomb
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

CGe - copieMonsieur le Président,

Allons droit au but, les élus UDI sont déçus par votre projet de Pacte de Cohérence Métropolitain.

Pour nous l’adoption de ce Pacte aurait dû être l’acte fondateur de la Métropole. En effet, depuis le 1er janvier la Métropole existe juridiquement et administrativement, mais n’a pas d’existence politique. À ce jour, ce n’est encore que la juxtaposition, sous un même chapeau, des services du Grand Lyon et du Conseil Général.

Cette déception est d’autant plus grande vu que vous êtes, avec Michel Mercier, à l’initiative de cette nouvelle collectivité. À ce titre, vous aviez une grande responsabilité : celle de donner un cap, un objectif à la constitution de la Métropole. Vous avez refusé d’aborder ce thème durant la campagne des élections municipales. Vous avez refusé d’aborder ce thème ici même lors de l’élection du Président du Grand Lyon. Votre non-implication dans l’élaboration du Pacte de Cohérence Métropolitain est donc aujourd’hui la 3ème occasion manquée.

Pourtant, à plusieurs reprises les présidents des groupes politiques ont souhaité votre participation lors des séances de travail de la Commission Métropole, sans succès… Votre participation  directe aurait permis un débat, aurait permis la co-construction d’un texte fondateur.

Le projet de pacte que vous nous présentez aujourd’hui ne trace pas de perspectives à 3 ou 5 ans, ni en terme de gouvernance, ni en terme d’organisation pour notre collectivité. Aujourd’hui, le seul projet politique de la Métropole se limite à intégrer les services du Conseil général dans l’organisation du Grand Lyon, soit de passer de 4 700 agents à 8 000 agents, et d’un budget de 2,5Md€ à un budget de 3,5Md€.

En définitive, si l’on réfléchit bien, vous souhaitez présider la plus grosse collectivité locale hors Ile-de-France.

Le compte n’y est pas ! Ce projet de pacte est à la fois trop précis et trop flou pour donner réellement des garanties sur le rôle, les compétences et les moyens des communes. Le projet de pacte que vous nous demandez de voter aujourd’hui est un savant équilibre pour que chacun puisse l’interpréter à souhait. Et particulièrement les maires des 58 communes hors Lyon.

Pour nous élus UDI, les communes et leurs Maires sont les éléments indispensables et incontournables de la démocratie locale. Ils sont les garants de la proximité, du vivre ensemble et de l’efficacité de l’action publique. À l’échelle de Lyon, cet échelon de proximité est assuré par les Maires d’arrondissement qui doivent être reconnus par la Métropole en tant que tel.

Avec ce pacte, nous avons le sentiment que vous parlez beaucoup de mise en place de synergies, de mutualisation avec les communes pour occuper les esprits et ne pas aborder le sujet qui est prioritaire pour nous : celui de la modernisation de la Métropole.

En effet, notre vision de la Métropole est différente. Pour nous la création de la Métropole doit être l’occasion de repenser la façon de faire, de repenser notre organisation. Passer d’une organisation pyramidale et verticale à une organisation déconcentrée et transversale. Bref, passer au XXIème siècle.

Aujourd’hui, la Métropole de Lyon, c’est : 44 subdivisons territoriales, 30 Maisons du Rhône principales et autant dites secondaires, 10 CLI, 9 CTM mais 14 circonscriptions électorales, c’est un exécutif de 50 personnes,…

C’est une organisation lourde qui est totalement illisible pour le citoyen, pour l’entrepreneur, pour le responsable associatif et pour le commerçant.

Les résultats du 1er tour des élections régionales montrent une défiance vis-à-vis du politique, une perte de contact. Notre démocratie a besoin d’être plus lisible, plus accessible sans devoir être un expert du code des collectivités territoriales. En tant que citoyens, nous avons besoin de savoir qui fait quoi, qui est responsable de quoi, de connaître notre interlocuteur direct, de connaître le lieu pour rencontrer les élus en charge d’un dossier donné. À chaque action un responsable local doit pouvoir être identifié.

Pour les compétences relevant de la Métropole, pour être efficace à un coût maîtrisé, il y a l’obligation de travailler au niveau d’un bassin de vie. Pour la Métropole, cet échelon local doit être chaque Conférence Territoriale des Maires. Ce sont les élus de ces territoires qui doivent piloter l’ensemble des actions conduites par la Métropole. Cela garantit l’efficacité, la lisibilité pour le citoyen, une meilleure adaptation aux spécificités locales et une vision transversale. L’exécutif de la Métropole ainsi que le conseil métropolitain décident des choix politiques et veillent à l’équité entre chaque Métropolitain.

Fidèles à nos idées, c’est l’objet des amendements que nous proposons à ce document. Ce sont des points défendus par les élus locaux UDI au sein des conseils municipaux. Ce sont des points qui veulent apporter transparence, cohérence et lisibilité à ce pacte qui doit faire évoluer notre Métropole et répondre aux priorités de chaque bassin de vie, aux préoccupations concrètes de chaque citoyen.

En l’absence d’avancées significatives et de prise en compte de nos amendements le groupe UDI votera contre le projet que vous nous présentez

Je vous remercie

Christophe Geourjon 


Présentation globale des amendements

Amendements proposés lors du conseil

 

 

 

RSS
Follow by Email
Facebook
Facebook
YouTube
YouTube