Le projet d’aménagement de l’Hôtel Dieu avance rapidement, mais il ne faut pas délaisser son environnement physique et commercial. Afin de réussir ce projet, il faut que les acteurs du centre ville, soient inclus et ainsi faire briller toute la la Presqu’île avec le Grand Hôtel Dieu. C’est le message que Denis Broliquier souhaite passer lors de son intervention.

Monsieur le Président,

hotel-dieu-3-groupe-udi-et-apparente-metropole-de-lyonLe succès de ce projet est une nécessité majeure pour l’avenir de notre cœur d’agglomération.

En son temps, nous avons dit que nous ne partagions pas l’option du Tout commerce que vous avez choisi, en contradiction avec la vocation originelle de l’Hôtel Dieu et l’équilibre économique de la presqu’île. Et je vous assure que nous serions plus heureux de nous être trompés que d’avoir eu raison sur ce dernier point. L’avenir nous le dira… C’est bien la raison pour laquelle nous serons toujours favorables à tous les choix qui contribueront au succès de ce grand projet.

Ce succès que nous appelons de nos vœux passe notamment par une intégration réussie dans notre cœur historique de ville. C’est d’ailleurs là que se situe le principal investissement financier de la Métropole pour accompagner les investisseurs privés qui portent l’intégralité de ce projet. Le Grand Hôtel Dieu doit briller sans écraser physiquement et commercialement la Presqu’île. Il doit être une véritable locomotive, un point d’attractivité et de rayonnement pour le secteur. Il le sera à n’en pas douter, notamment grâce à la future Cité de la gastronomie. Mais cette intégration passe avant tout par une architecture et des aménagements publics adaptés.

Pour l’architecture, nous faisons pleine confiance à Didier Repellin et Albert Constantin, même si les réalisations de la rue Bellecordière, de l’avis de tous, sont nettement plus massives qu’il n’y paraissait sur les plans… et vous le savez, je suis aux premières loges pour le constater…

Pour les abords, c’est justement l’objet de ce rapport qui annonce trois axes d’intervention :

hotel-dieu-2-groupe-udi-et-apparente-metropole-de-lyonPremièrement l’aménagement du parvis du quai Jules Courmont. Vous nous rassurez en annonçant un aménagement de qualité… Une vraie lapalissade compte-tenu de la qualité architecturale et environnementale du lieu. Pour autant, on est bien loin des belles images vendues lors des précédentes campagnes illustrant un axe nord sud enterré et un accès piéton ouvert sur le Rhône et sur une halte fluviale. A défaut, vous préconisez la suppression du stationnement et la diminution des voies de de circulation sur l’axe nord sud au profit de l’élargissement du trottoir pour améliorer la déambulation et favoriser la mise en valeur de la façade et du grand dôme. Nous ne pouvons que souscrire à ces objectifs.

Concernant les modifications sur la rue Bellecordière, je me réjouis de vous avoir finalement convaincu de ne pas piétonniser totalement cet axe pour ne pas pénaliser les activités économiques voisines. Nous souscrivons donc pleinement au choix de la zone de rencontre qui permettra en effet de permettre une continuité de service pour les activités installées de longue date sur ce secteur. A ce sujet, un recoupement d’informations nous laisse que l’autorisation de terrasse sur la rue Bellecordière ne sera pas renouvelée en 2017 ? Pouvez-vous le confirmer ? D’importants travaux d’assainissement suivi des travaux de voiries devraient entrainer une occupation de l’espace public incompatible avec les activités habituelles. Une décision sans doute nécessaire mais lourde de conséquences pour les cafés restaurants qui sont déjà très fortement impactés par le chantier de l’Hôtel-Dieu.

Je le redis, si l’Hôtel Dieu est un projet majeur pour Lyon, il ne doit pas se concrétiser au détriment de son environnement pour ne pas perturber les équilibres fragiles de la Presqu’île. D’où le grand intérêt à porter aux acteurs du quartier notamment. N’oubliez pas non plus qu’à multiplier, comme vous le faites, les surfaces commerciales, il est à craindre que tout le monde ne suivent pas, à commencer par les consommateurs. Ce n’est évidemment pas ce que nous souhaitons mais il faut en tenir compte.

Je vous remercie,

Denis Broliquier

N° 2016-1604 : Lyon 2° – Hôtel Dieu – Aménagement des espaces publics attenants – Individualisation complémentaire d’autorisation de programme

RSS
Follow by Email
Facebook
Facebook
YouTube
YouTube