Denis Broliquier intervient au sujet de la clôture de la concertation préalable sur le projet de requalification du pôle d’échanges multimodal (PEM) de Lyon Perrache dont le programme comprend, notamment, la transformation de la voûte ouest en voie modes doux, l’amélioration des conditions d’accès au métro, la création d’un nouvel accès à la gare de Perrache au sud, place des Archives, ainsi que l’extension de la ligne de tramway T2 au sud, cours Charlemagne.

Monsieur le Président,

Vous nous présentez aujourd’hui le bilan et la clôture de la concertation autour de la requalification du Centre d’Echanges de Perrache.

Nous remercions d’abord tous les contributeurs qui ont enrichi ce projet de leur regard, de leurs craintes, de leurs suggestions.

Nous sommes aussi heureux de constater que cette concertation publique confirme, dans les grandes lignes, les interventions et contributions que la Mairie du 2ème arrdt vous soumet depuis une dizaine d’années. Nous nous en réjouissons car on nous reproche trop souvent de manquer de réalisme, de ne pas être une opposition objective et constructive…

En effet, comme nous le pressentions, l’organisation des déplacements est au cœur des préoccupations des contributeurs pour garantir la réussite de cette requalification.

Nous ne reviendrons pas sur tous les points soulevés mais j’aimerais quand même en souligner quelques-uns

  • D’abord, cette concertation confirme que le choix du tramway fait dans les années 2000 pour la desserte de la Confluence était un mauvais choix. A l’époque d’ailleurs, même le rapport de la CDEC stipulait qu’à terme, le métro serait nécessaire. Mais aujourd’hui, avec le tramway, c’est devenu impossible. C’est en tous cas ce qu’affirme le SYTRAL. Et nous ne sommes pas les seuls à penser que c’est une erreur majeure. Une erreur que l’augmentation des fréquences du tram de 20 % – pas avant 2020 – ne viendra pas compenser quand tous les projets de la Confluence seront réalisés.
  • Ensuite, la non prolongation du T2 jusqu’à Debourg est également une erreur. En matière de transport collectif, mais aussi en matière d’aménagement urbain. Faire de la place des archives un lieu de stockage de tramway est une atteinte au bon sens et à l’esthétisme.
  • Enfin, concernant la navette S1, nous nous réjouissons de l’attention toute particulière au maintien du seul moyen de transport sans rupture de charge du nord au sud de la presqu’île. Et attendons avec impatience les propositions de nouvel itinéraire.

Au-delà de l’obligation légale et des contributions qu’il porte, ce travail important de concertation est un outil majeur d’appropriation du projet par les acteurs du quartier.  La réussite de cette concertation doit maintenant être confortée, dans la phase de réalisation, par un accompagnement pédagogique tout aussi efficace. Les 247 contributions sont loin d’égaler le nombre de personnes impactées par les travaux.

On le voit bien sur le chantier qui vient d’être lancé place Carnot. Le retour des riverains indique une communication insuffisante, pas tant dans la qualité de l’information que dans son périmètre de diffusion. Dans l’intérêt des acteurs des secteurs concernés et pour renforcer la perception positive de ce projet, nous vous demandons la plus grande vigilance sur ce sujet. C’est un point pour lequel vous devriez davantage vous appuyer sur les élus de terrain et auquel nous serons particulièrement attentifs.

Nous voilà partis pour 3 ans de travaux avec un achèvement annoncé fin 2019 voire plutôt 2020 pour un montant de 36,2 millions d’€. Encore une fois, on est assez loin de vos promesses de campagne vantant un projet de requalification complète pour plus de 65 millions d’€ en 2020. Avec vous, le décalage entre annonce et réalité continue d’être la règle. Pour une bonne information de nos concitoyens, il fallait que ce soit dit !

Je vous remercie

Denis Broliquier

Images : Métropole de Lyon

RSS
Follow by Email
Facebook
Facebook
YouTube
YouTube