M6/M7 : la Métropole doit avoir une vision précise du point d’entrée et du point de sortie des véhicules.

Pour la dernière intervention de ce mandat, Christophe Geourjon a souhaité rappeler l’importance d’avoir une vision précise du point d’entrée et du point de sortie des véhicules sur le bassin de vie Lyonnais afin d’optimiser le déclassement de l’autoroute A6/A7 (M6/M7).

En effet, l’obtention de ces données permettrait de confirmer la nécessité d’offrir aux habitants une alternative efficace à la voiture avec le développement d’un RER à la Lyonnaise. Ce maillage de trains pourrait contribuer significativement à la réduction du trafic automobile sur cet axe par un transfert modal et non un simple report sur d’autres voiries métropolitaines.

Intervention de Christophe Geourjon et Marc Augoyard

Monsieur le Président,

Les élus du groupe UDI et apparentés approuvent cette délibération qui permettra, à partir du 1er septembre, d’autoriser les véhicules Crit’Air 0 à utiliser la voie réservée covoiturage sur l’axe M6/M7 grâce à l’interrogation du Système d’Immatriculation des Véhicules (SIV). C’est une nouvelle étape dans le processus de déclassement de l’A6/A7.

Nous regrettons cependant que la Métropole ne se mette pas en capacité d’exploiter les informations issues de ce système, combinées à la lecture automatique des plaques d’immatriculation, pour conduire une étude Origine/Destination des 110 000 véhicules qui empruntent quotidiennement la voirie M6/M7.

En effet, il nous paraît très difficile, voire impossible, de pouvoir avancer réellement et rapidement sur ce déclassement sans que la Métropole n’ait une vision précise du point d’entrée et du point de sortie des véhicules. Nous avons déjà fait cette demande il y a plus d’un an, nous la reformulons aujourd’hui avec insistance. 

Une analyse que nous avions conduite au printemps 2019 montrait que pour ¼ des automobilistes les communes ou arrondissements de départ et d’arrivée étaient desservis par une gare SNCF, pour la moitié des automobilistes c’était seulement l’origine ou la destination qui était desservis par une gare SNCF. Une étude exhaustive précisant ces résultats permettrait de confirmer que le développement d’un RER à la Lyonnaise pourrait contribuer à la réduction du trafic automobile sur cet axe par un transfert modal et non un simple report sur d’autres voiries métropolitaines.

Pour avancer concrètement, nous avons impérativement besoin d’une étude robuste pour connaître précisément l’origine, la destination, la fréquence et les horaires des déplacements sur l’axe M6/M7.

Je vous remercie

Christophe Geourjon


Conseil du 8 juin 2020

Dossier n°2020-4254 – déplacements et voirie – Requalification M6-M7 (ex A6-A7) – Horizon 2020 – Voies réservées – Acquisition d’une licence statistique valant agrément pour la réutilisation d’informations publiques issues du système d’immatriculation des véhicules (SIV) – Conventions entre la Métropole de Lyon et l’Etat (ministère de l’Intérieur)