Suite à la présentation en Commission générale, ce lundi 6 novembre, de la proposition  de concertation autour de la mise en œuvre d’une zone à faible émission, Christophe Geourjon est intervenu pour encourager ce projet première mise en place effective du Plan Oxygène voté en décembre dernier. 

Vue partielle de la ville de Lyon sous la pollution, le 8 décembre 2016. – PHILIPPE DESMAZES – AFP

Monsieur le Président,

En introduction, je souhaite d’abord souligner le travail remarquable fait par ATMO Rhône-Alpes, un travail objectif et rigoureux qui contribue dès aujourd’hui à réduire les émissions. Ces informations quotidiennes permettent à tous d’adapter ses habitudes et de prendre conscience de l’enjeu que constitue pour notre santé la qualité de l’air.

Les élus UDI soutiennent le projet de création d’une Zone à faible émission, une zone centrée sur Lyon-Villeurbanne et dans un premier temps destinée aux véhicules utilitaires et aux poids lourds. C’est pour nous une première étape qui doit permettre de mettre en route cette nouvelle démarche.

Nous estimons cependant qu’a terme, il conviendra que les véhicules personnels soient aussi concernés par cette zone à faible émission. Sur ce point nous partageons la position défendue également par Pierre Hémon. Il convient sur cet aspect particulièrement de prendre du temps, afin que les citoyens puissent adapter leurs habitudes. De même, il sera nécessaire de mettre en œuvre des mesures d’accompagnement social pour les foyers les plus modestes pour qui le budget transport peut être très significatif, et dans certains cas insupportable.

La mobilisation citoyenne, via la concertation va permettre d’aller plus vite et plus loin dans les actions concrètes pour améliorer la qualité de l’air dans notre Métropole.

Nous avons cependant 3 regrets :

  1. Vous n’évoquez pas des mesures de réduction de vitesse aussi bien sur le périphérique que dans l’hyper-centre. Vienne, Hambourg, Grenoble ont fait le choix d’utiliser aussi cet outil.
  2. Vous n’évoquez pas non plus la mise en place d’un péage d’orientation afin de dissuader les véhicules en transit d’emprunter l’axe A6/A7, le périphérique et la rocade Est
  3. Enfin, dernier regret votre manque d’ambition concernant le déclassement de l’axe A6/A7. Vous avez certes cité ce dossier, mais vous vous êtes contenté de l’évoquer alors que le déclassement de cet axe autoroutier aurait un effet très important pour la qualité de l’air dans notre Métropole.

Je vous remercie,

Christophe Geourjon

RSS
Follow by Email
Facebook
Facebook
YouTube
YouTube