Pour l’intégration du RER à la Lyonnaise dans Nœud ferroviaire Lyonnais

Du 11 avril au 11 juillet, un débat public sur le projet de desaturation du Nœud Ferroviaire Lyonnais (NFL) à long terme est organisé en Auvergne Rhône-Alpes par la Commission nationale du débat public (CNDP).

Le Nœud ferroviaire lyonnais en bref :

  • située sur l’axe Paris-Méditerranée à grande vitesse, au carrefour de deux corridors européens de fret et au cœur de dessertes régionales
  • 12 lignes ferroviaires
  • 1200 trains de tout types, origines et destinations
  • Le NFL est qualité être « le plus complexe et le plus emprunté de France »

Le projet en bref :

  • Le projet de désengorger / désaturer le NFL doit permettre d’augmenter de 40 % la capacité ferroviaire dans l’agglomération lyonnaise.
  • Deux scénarios d’infrastructure sont proposés par SNCF Réseau : la mise à 4 voies de la ligne Lyon-Grenoble entre Saint-Fons et Grenay ou l’ajout de deux voies en surface ou en souterrain entre Saint-Clair et Guillotière, et en desserte de la gare de Lyon Part-Dieu. 

Une contribution de la Métropole de Lyon pas assez ambitieuse

A quelque jours de la fin du débat, la Métropole de Lyon à soumis sa contribution libre et son cahier d’acteur. Ces documents tentent de corriger quelques lacunes des dossiers du maître d’ouvrage qui ont vocation à éclairer le débat, mais celles-ci sont très peu poussées.

C’est dans l’optique de proposer une vision plus globale que Christophe Geourjon à soumis 2 amendements : un premier pour stopper le transit de fret qui traverse l’agglomération et un deuxième pour l’amélioration des transports du quotidien en intégrant la création du Réseau Express Métropolitain.

Intervention de Christophe Geourjon

Monsieur le Président, cher collègue,

Monsieur le Président, sur ce dossier, il est temps de passer des études aux actes car la désaturation du Nœud Ferroviaire Lyonnais est un enjeu majeur pour les transports du quotidien, mais aussi pour l’attractivité de notre territoire et pour la qualité de l’air dans la métropole. Mme Meaux

Lors de la commission générale consacrée à la désaturation du Nœud Ferroviaire Lyonnais (NFL), le 18 mars 2019, j’étais critique au sujet du rôle ambigu de SNCF Réseaux, ainsi que l’absence d’une vision territoriale des enjeux et des opportunités de la désaturation du NFL.

Aujourd’hui, alors que nous approchons de la conclusion de ce débat public, je constate que ces craintes étaient fondées. 

Avant de revenir sur le fond, je souhaite souligner la qualité du travail mené par la Commission nationale du débat public (CNDP) et particulièrement par la commission particulière dédiée au débat sur le NFL. Cette commission a su parfaitement animer les débats, veiller à ce que chaque participant puisse s’exprimer, présenter ses arguments, faire des propositions ou obtenir des informations complémentaires. Merci aux 7 membres et particulièrement à son président.

J’ai participé à 4 réunions publiques. Il m’a fallu attendre la 3e réunion pour entendre SNCF Réseau indiquer que les objectifs annoncés en terme de desserte (doublement du fret, des TER et des TGV) étaient seulement des objectifs capacitaires de l’infrastructure. Ces objectifs ne sont pas des objectifs d’offre de service, ils n’ont pas été discutés ni validés par l’autorité organisatrice des TER, c’est-à-dire la région, et n’ont pas fait l’objet d’une étude commerciale pour la partie fret ou TGV. Nous redisons ici que l’infrastructure doit être une réponse technique à une offre de service et non le contraire comme c’est malheureusement le cas dans ce projet.

À cette même réunion, nous avons appris que le doublement de l’offre TER, du fret et des TGV attendu avec le projet de désaturation du NFL ne seraient atteints que si plusieurs autres grands projets ferroviaires étaient réalisés. À savoir le Contournement Ferroviaire de l’Agglomération Lyonnaise (CFAL), la ligne Paris-Orléans, Clermont-Lyon (POCL) et les accès alpins au tunnel de Lyon-Turin, l’ensemble de ces chantiers représentent un budget prévisionnel global supérieur à 30 milliards d’euros (NFL : 4 ; CFAL : 3,5 ; POCL : 15 ; accès Lyon-Turin : 8). En pratique, un tel budget est inaccessible et donc une réalisation partielle est donc très probable ! Si seul le projet de désaturation du NFL est réalisé, alors il est toujours possible de doubler la capacité TER. Mais l’augmentation du fret est de seulement 50% et celle des TGV de 25%.

Par ailleurs, les études incluses dans le dossier du maître d’ouvrage et qui ont vocation à éclairer le débat sont très peu poussées. 

  • Pour l’option sous-terrain, aucune étude d’impact environnemental au niveau de la nappe phréatique qui serait traversée par un double tunnel de 10kms de long à 30m de profondeur, la gare sous-terrain représentant un cube de 850m de long, 30m de largeur et 30m de hauteur. Par ailleurs, le devenir des 3 millions de m3 de matériaux excavés n’est pas évoqué.
  • Pour l’option aérienne, pas plus d’informations. Il a seulement été vérifié qu’il était possible d’insérer 2 voies supplémentaires, mais aucune étude d’intégration urbaine n’a été faite. Pas même d’études techniques préalablement aux esquisses d’intégration des voies supplémentaires : ce sont pratiquement des vues d’artistes !

La contribution de la Métropole de Lyon tente de corriger ses lacunes. Elle replace l’amélioration des transports du quotidien comme un enjeu fort du projet de désaturation du NFL. De même, elle contextualise les enjeux du Contournement Ferroviaire de l’Agglomération lyonnaise (CFAL). 

Les élus UDI et apparentés estiment cependant que sur ces 2 points des précisions sont nécessaires, d’où les 2 amendements que nous proposons :

1er amendement : Le transit fret ne doit plus traverser l’agglomération. 

Le projet de désaturation du Nœud Ferroviaire Lyonnais a notamment pour ambition de permettre de doubler le trafic fret. Nous partageons cette ambition qui représente un enjeu fort en termes de développement durable. À l’inverse, il n’est pas acceptable de pérenniser un doublement du trafic fret en milieu très densément urbanisé, particulièrement au niveau des gares de Part-Dieu et de Perrache et plus généralement dans les 2, 3, 6, 7 et 8e arrondissements de Lyon. Dans ce contexte, nous souhaitons réaffirmer que la réalisation du Contournement Ferroviaire de l’Agglomération Lyonnaise (CFAL) est un enjeu essentiel qui doit être mené en parallèle de la désaturation du NFL.

2e amendement : L’amélioration des transports du quotidien doit être un enjeu court terme du projet de désaturation du NFL. 

Il y a 10 ans Le Grand Lyon et la région avaient travaillé de concert dans le cadre du projet REAL. Une des réalisations majeures du projet REAL a été la gare Jean Macé qui est aujourd’hui un succès et joue un rôle important dans le NFL. Aujourd’hui il faut aller plus loin. En effet, le calendrier prévisionnel du projet de désaturation du NFL prévoit une livraison à échéance de 2040, dans le meilleur des cas. Il n’est pas possible d’attendre une échéance aussi lointaine pour améliorer les transports du quotidien. Les habitants de la Métropole, mais aussi ceux de la grande région urbaine de Lyon, ont besoin dès maintenant d’un RER Métropolitain. 

Dans ce contexte, le doublement des voies de la section entre Saint-Fons et Grenay, qui fait consensus et est nécessaire quelque soit le scénario retenu, permet de renforcer l’offre de transport entre Grenoble et Lyon-Perrache, via Jean Macé, Vénissieux, Saint-Priest et Bourgoin-Jallieux. Cette offre ferrée étant en connexion avec les métros A, B et D. Ce doublement doit être réalisé le plus rapidement possible sans attendre l’achèvement du projet global de désaturation. Ceci est possible dès aujourd’hui car les gares de Perrache et de Jean Macé ne sont pas saturées.

De même, relier plus efficacement et sans rupture de charge l’ouest de l’agglomération, ainsi que le Val de Saône, au reste de l’agglomération est un enjeu fort. Aussi, nous souhaitons que SNCF réseaux lance des études afin de doubler le tunnel Saint-Irénée. Ceci permettrait une liaison Ouest/Est efficace, par exemple Charbonnière/Saint-Priest en 30min. Cela permettrait également de cadencer une liaison Nord/Sud, par exemple Saint-Germain-au-Mont-d’Or/Irigny, liaison nécessaire pour accélérer la transformation de l’axe A6/A7 en boulevard urbain tout en favorisant le report modal.

J’espère, chers collègues, que vous soutiendrez ces propositions d’amendements

Je vous remercie,

Christophe Geourjon


Amendement n° 1  : Le transit fret ne doit plus traverser l’agglomération 

Exposé des motifs

Le projet de désaturation du Nœud Ferroviaire Lyonnais a notamment pour ambition de permettre de doubler le trafic fret, y compris aux heures de pointe. Nous partageons cette ambition qui représente un enjeu fort en termes de développement durable. À l’inverse, il n’est pas acceptable de pérenniser un doublement du trafic fret en milieu très densément urbanisé particulièrement au niveau des gares de Part-Dieu et de Perrache et plus généralement dans les 2, 3, 6, 7 et 8e arrondissements de Lyon. Dans ce contexte, la réalisation du Contournement Ferroviaire de l’Agglomération Lyonnaise (CFAL) est un enjeu essentiel.

Amendement : (à ajouter à la fin du texte, dans l’encadré page 3)

La réalisation complète du Contournement Ferroviaire de l’Agglomération Lyonnaise (CFAL), en orientant la circulation de transit du fret ferroviaire à l’extérieur de l’agglomération sur une voie dédiée, redonnera de l’attractivité au transport de marchandises par rail et améliorera le report modal des poids lourds de la route vers le rail ; de surcroit, on libèrera ainsi des sillons en cœur du NFL, y compris aux heures de pointe. De ce fait, la désaturation du NFL ne doit pas différer celle du CFAL complet.

Amendement N° 2 : Améliorer les transports du quotidien : une priorité de court/moyen terme qui doit être intégrée dans le projet de désaturation du NFL 

 (Ajout d’un paragraphe, en page 4, avant la conclusion)

Le calendrier prévisionnel du projet de désaturation du NFL prévoit une livraison à échéance de 2040 dans le meilleur des cas. Il n’est pas possible d’attendre une échéance aussi lointaine pour améliorer les transports du quotidien. Les habitants de la Métropole, mais aussi ceux de la grande région urbaine de Lyon, ont besoin dès maintenant d’un RER Métropolitain. 

Dans ce contexte, le doublement des voies de la section entre Saint-Fons et Grenay, qui fait consensus et est nécessaire quelque soit le scénario retenu, permet de renforcer l’offre de transport entre Grenoble et Lyon-Perrache, via Jean Macé, Vénissieux, Saint-Priest et Bourgoin-Jallieux. Cette offre ferrée étant en connexion avec les métros A, B et D. Ce doublement doit être réalisé le plus rapidement possible sans attendre l’achèvement du projet global de désaturation.

De même, relier plus efficacement et sans rupture de charge l’ouest de l’agglomération, ainsi que le Val de Saône, au reste de l’agglomération est un enjeu fort. Aussi, nous souhaitons que SNCF réseaux lance des études afin de doubler le tunnel Saint-Irénée. Ceci permettrait une liaison Ouest/Est efficace, par exemple Charbonnière/Saint-Priest en 30min. Cela permettrait également de cadencer une liaison Nord/Sud, par exemple Saint-Germain-au-Mont-d’Or/Irigny, liaison nécessaire pour accélérer la transformation de l’axe A6/A7 en boulevard urbain tout en favorisant le report modal.


Conseil de la Métropole du 24 juin 2019

Dossier n°2019-3546 : déplacements et voirie – Contribution de la Métropole de Lyon pour le débat public relatif aux aménagements de long terme du noeud ferroviaire lyonnais (NFL)