Ce mardi 2 mai, avant le conseil de la métropole, une Commission générale était prévue afin de présenter le rapport d’activité du SYTRAL. Christophe Geourjon est intervenu pour demander plus de démocratie dans les prises de décision du SYTRAL en incluant les élus de la Métropole sur la stratégie future.

Madame la Président, Monsieur le Président,

La mobilité est un enjeu important de la vie quotidienne des Métropolitains.

Aujourd’hui, la politique de déplacement doit être multimodale, elle ne peut donc être décidée de manière unilatérale par le SYTRAL. D’autant plus que la Métropole verse, annuellement, une subvention très importante au SYTRAL. C’est la 1ère dépense opérationnelle hors personnel du Grand Lyon, elle représente 16% du budget du SYTRAL Les élus de la Métropole de Lyon doivent être inclus dans les choix stratégique adoptés par le SYTRAL (des investissements, d’extension des horaires du réseau, des hausses des tarifs, d’aménagements de voirie)…

Aussi la tenue de cette commission générale est une bonne chose. Elle répond en partie à une demande que je vous fais depuis novembre 2011. Cela démontre que les élus Métropolitains doivent être persévérants !

Cependant, cette commission générale arrive trop tard, car le SYTRAL a décidé en accord avec lui même de son élargissement à l’ensemble du département du Rhône, la PPI du SYTRAL a déjà été votée, tout comme le Plan de mandat et la révision du PDU est lancée…

De plus, elle ne répond, pour le moment, que partiellement à la demande des élus UDI. Dans notre esprit ce rapport du SYTRAL doit être annuel. Il doit à la fois être un rapport d’activité et aussi un rapport d’orientation pour l’année à venir ! Nous en sommes loin puisque les éléments d’information que les élus Métropolitains ont eus sont les dossiers présents sur le site internet du SYTRAL. C’est un peu léger ! Cela nous a permis de constater que dans certains documents et vidéos disponibles sur le site le président du SYTRAL est encore Bernard Rivalta ..

La transparence démocratique et budgétaire est un impératif au regard de nos citoyens. C’est aussi un gage d’efficacité !

Revenons au cœur du débat. Mme Guillemot, nous nous réjouissons de votre volonté de dialogue et de concertation. La tenue de cette commission générale atteste ce changement d’état d’esprit à la tête du SYTRAL. Nous regrettons cependant que vous n’ayez pas encore pu faire totalement diffuser ce changement de méthode au sein des équipes de direction du SYTRAL. Les services de la Métropole et les élus que nous sommes ont encore du mal à obtenir des réponses de la part du SYTRAL. Mais nous ne doutons que cela va évoluer positivement.

Les élus UDI regrettent la partition des politiques déplacements entre SYTRAL et Métropole voulue par le Président de la Métropole. Pourtant, la loi MAPTAM permet de mettre en œuvre une politique globale et intégrée de la mobilité. Les nouvelles Autorités Organisatrices de la Mobilité (AOM) ont des compétences élargies au-delà des transports collectifs urbains de personnes.

Vous avez fait le choix, au prix de contorsions législatives, de continuer à avoir d’un côté le SYTRAL, qui décide de la politique des déplacements urbains par l’élaboration notamment du PDU, et de l’autre coté la Métropole qui intervient sur l’ensemble des autres mobilités : routières, modes actifs (marches, vélos), covoiturage, autopartage, logistique, livraison de marchandises, ferroviaire en lien avec la région…

Pour nous, il aurait été plus efficace et plus démocratique que la Métropole exerce pleinement les missions d’un AOM et élabore une politique globale de la mobilité, le SYTRAL ayant plus un rôle opérationnel.

Fréquemment vous déclarez Monsieur le Président, que Métropole et SYTRAL n’ont pas à supporter les coûts induits par l’utilisation des infrastructures de transports des non résidants de la Métropole de Lyon. Les élus UDI contestent avec forces ces prises de positions. En effet, si 25% des usagers des SYTRAL n’habitent pas la Métropole, ils viennent sur notre territoire pour étudier, consommer et le plus souvent pour travailler. Or, les entreprises, via le versement transport, apportent 34% des recettes du SYTRAL. Nous avons donc une véritable responsabilité vis-à-vis d’elles et aussi vis-à-vis de leurs salariés.

Pour nous c’est la Métropole qui devrait porter le PDU ce qui garantirait une coordination optimale avec les autres plan portés par la Métropole, je veux parler en particulier du PLU-H (Plan Local d’Urbanisme et d’Habitat). Ces 2 plans sont et doivent être étroitement associés.

Le PDU en cours d’élaboration ne doit pas être un copier-coller du plan de mandat déjà voté par le SYTRAL. Il doit même être le « chef d’orchestre » d’une offre de mobilité articulé autour du réseau TCL, mais pas uniquement :

  • l’offre TER doit être pleinement intégrée dans le réseau de transport structurant de l’agglomération. Ce n’est pas aujourd’hui ce qui a été fait avec les lignes de l’Ouest Lyonnais que l’on emprunte avec une tarification différente de la tarification TCL,
  • le covoiturage doit être développé, notamment pour la desserte des zones d’activités
  • la pratique du vélo doit être renforcée, notamment par le développement des pistes cyclables en complément de la desserte TCL mais également comme mode de rabattement vers les terminus de lignes TCL.
  • qu’en est il du transport de marchandises en ville pour lequel les acteurs économiques ont de fortes attentes.

La question de l’aménagement et de l’accès aux portes d’entrées métropolitaines est une question majeure que le PDU devra clarifier.Pour les élus UDI ces portes d’entrée devront être desservies par des lignes fortes de transports en commun d’intérêt Métropolitain. C’est un chantier lourd à articuler avec les communes mais aussi avec la région qui devient à partir de janvier 2017 l’autorité organisatrice de transport unique sur les territoires limitrophes à la Métropole. La semaine dernière le Syndicat Mixte des Transports de l’Aire Métropolitaine Lyonnaise (SMT-AML) a été installé. Ce syndicat est présidé par Laurent Wauquiez et vous en êtes le 1er vice-président aux coté de Madame Guillemot et de Pierre Bérat. Je ne doute pas que ce syndicat permette une meilleure coordination et un dialogue renforcé entre Région, Métropole et SYTRAL.

Il est temps d’entrer dans une nouvelle ère pour la Métropole Lyonnaise, avec une nouvelle gouvernance de la mobilité qui est impérative pour proposer des offres de mobilité répondant à nos concitoyens.

Dans le cas contraire la Métropole de Lyon continuera à subir l’arrivée de milliers de voitures avec pour seul passager : le conducteur !

Je vous remercie,

Christophe Geourjon

RSS
Follow by Email
Facebook
Facebook
YouTube
YouTube