RER métropolitains : il y a urgence pour matérialiser notre volonté commune pour faire de ce projet une réalité

Retrouvez tout le dossier de la proposition des élus UDI et Apparentés ici :

Intervention de Christophe Geourjon

Monsieur le Président,

Il y a 2 mois, j’ai découvert que le Réseau Express Métropolitain serait opérationnel partiellement en 2021 et totalement en 2022-2023. Malheureusement pour nous, pour l’emprunter il faudra aller sur les rives du Saint Laurent, chez nos cousins Québécois, à Montréal. 

Quelques mots pour décrire ce projet :

  • Un projet ambitieux composé d’une nouvelle infrastructure ferrée de 67 km, à 4 branches, ouest-est et traversant le centre de Montréal. Soit au total 26 stations desservies 20 heures par jour avec une rame toutes les 3 à 12 min. 
  • Un budget global de 4,3 milliards d’euros.
  • Enfin, ce projet va aboutir à une offre complémentaire de transport collectif pour les déplacements du quotidien, une offre connectée au réseau de transport urbain (bus et métro). 
  • Le projet est conclu en 2016, les travaux ont commencé en 2018 et la mise en service progressive prévue entre 2021 et 2023 ! Je vous laisse juge de l’efficacité et de la rapidité de mise en œuvre. Et ceci malgré des conditions climatiques très rudes ! 

Revenons sur les rives de la Saône et du Rhône. Le 24 juin dernier, nous avons adopté la contribution de la Métropole au débat sur la désaturation du Nœud Ferroviaire Lyonnais. Suite à quoi, le 11 septembre, la commission du débat public publiait la synthèse des débats et des échanges qu’elle a organisés entre avril et juillet 2019. Ce débat a permis de démontrer qu’il existait un consensus sur la nécessité de désaturer le Nœud Ferroviaire Lyonnais (NFL). Du fait de l’importance du chantier, de sa complexité et de son coût, cette désaturation est un projet long terme, à échéance 2040 ou plus. Dans le même temps, les participants ont clairement indiqué l’impérieuse urgence d’améliorer les transports du quotidien à court/moyen terme en mettant en place sur Lyon, et je reprends l’expression employée par le président de la commission spéciale du débat public, « Un Réseau Express Métropolitain ». 

Je suis très satisfait que cette notion, que je porte au nom des élus UDI et apparentés depuis 2 ans, soit reprise et aboutisse aujourd’hui à un consensus au niveau des citoyens, mais aussi au sein de la Métropole et même de la Région.

Pour mémoire, le projet de REM (Réseau Express Métropolitain), le RER à la lyonnaise comporte 4 éléments principaux : 

  1. Une intégration tarifaire TCL/TER. À ce sujet, j’ai découvert avant l’été que ce point avançait. Le SYTRAL a en effet publié un avis de publicité pour recruter un bureau d’étude. Monsieur le Président, Madame la Présidente, pouvez-vous nous indiquer les résultats de cette étude ? Si elle n’est pas achevée, pouvez-vous nous indiquer le calendrier et les suites envisagés ?
  2. Transformer les 35 gares situées sur le territoire métropolitain en véritables pôles multimodaux avec notamment des parcs relais dignes de ce nom offrant une capacité suffisante pour les voitures et les motos et des espaces conséquents et sécurisés pour les vélos. Accompagnés d’une desserte TCL performante, ainsi qu’une offre de services et de commerces.  
  3. Faire évoluer le réseau TER en un réseau RER permettant des liaisons nord-sud ou est-ouest sans rupture de charge tout en augmentant la capacité des rames TER. La 1re étape de ce RER peut être réalisée sans attendre la désaturation du NFL en exploitant davantage les gares de Perrache et de Jean Macé. Pour cela, 2 investissements en infrastructures sont nécessaires :
    1. Doubler les voies entre Saint-Fons et Grenay. Cette proposition inclut dans le projet à long terme du NFL fait l’unanimité. Les élus UDI et apparentés souhaitent que ce doublement soit sorti du projet global de désaturation du NFL, afin qu’il puisse bénéficier d’une DUP (Déclaration d’Utilité Publique) à court terme. 
    2. Doubler le tunnel Saint Iréné qui permet de relier les gares de Gorges de Loup et de Perrache. Dans le cadre du débat sur le NFL, j’ai interrogé SNCF Réseaux à ce sujet, leur réponse technique était plutôt encourageante.
  4. Dernier élément, ce RER doit être copiloté par la région et la Métropole, la région doit accepter cette gouvernance partagée du futur RER. C’est un élément indispensable au succès de ce projet. En effet l’objectif est de développer le RER en complément du réseau TCL, et inversement de développer le réseau TCL en complément du réseau RER.

Il y a urgence. Comme vous le savez, l’appel d’offres de Madame Élizabeth Borne, Ministre des Transports, est très serré puisqu’elle a demandé que les projets de RER métropolitains lui soient transmis avant le 31 décembre de cette année. Il nous reste exactement 3 mois. 

Monsieur le Président, je vous ai adressé, ainsi qu’au président de la Région un courrier vous demandant de travailler main dans la main sur ce dossier et vous suggérant la tenue d’une commission générale mixte Métropole/Région avant la fin de l’année pour matérialiser, au-delà des résultats de mars 2020, la volonté commune de mettre en œuvre le RER à la Lyonnaise.

Monsieur le Président, pouvez-vous nous faire un point d’étape sur ce dossier stratégique pour notre métropole, ses habitants, mais aussi tous ceux qui y viennent pour leurs travails, leurs études ou leurs loisirs.

Je vous remercie.

Christophe Geourjon


Conseil du 30 septembre 2019

Intervention suite à l’approbation du procès verbal du conseil du 24 juin.

Intervention de Christophe Geourjon