D.BroliquierMonsieur le Président.

La propreté globale du Rhône a été confiée au Grand – Lyon qui l’a confié à une entreprise privée car notre collectivité n’était pas capable d’assurer une prestation de qualité. Quelques années plus tard, c’est la zone de Confluence qui nécessitait une action particulière en matière de propreté. Et là, la collectivité s’est organisée pour prendre en interne la prestation.

Dans les deux cas, le service est assuré dans de bonnes conditions.

Mais à quel coût ?

Il serait intéressant de pouvoir comparer le prix global et le prix global et le prix au m² de ces deux prestations et surtout d’en tirer des conclusions sur les choix à faire dans le futur.

Car en matière de propreté, des efforts restent à fournir.

Certains Maires d’arrondissement ou de communes présents dans cette assemblée le savent bien. En effet, quelques-uns font le choix d’abonder le budget propreté sur les finances municipales (que cela soit pour assurer l’entretien de zones sensibles, de terrains pourtant communautaires ou pour du déneigement).

Ce n’est pas normal !

Si la propreté est une compétence métropolitaine, que la Métropole l’assume entièrement avec un résultat satisfaisant qui convient à la fois aux communes et aux citoyens.

En début de mandat, il apparaît utile aux élus du groupe UDI et Apparentés de faire le point sur les besoins des communes et sur les réponses à apporter concrètement par un service optimum.

De même, il conviendrait d’afficher en toute transparence, les coûts de revient et les critères d’efficacité des différents modes de gestion de la propreté.

Vous cherchez des économies, Monsieur le Président ?

Croyez-nous, des marges de manœuvres existent dans ce domaine !

Je vous remercie.

RSS
Follow by Email
Facebook
Facebook
YouTube
YouTube