L.CroizierMonsieur le Président.

Dans cette délibération, vous nous proposez le principe d’une délégation de service public pour l’exploitation et la distribution de réseaux de chaud et froid urbains.

Nous voterons bien entendu ce choix, qui permet la réalisation d’investissements importants pour des équipements d’une technicité réelle.

Nous sommes par ailleurs convaincus  que les services de la Métropole exerceront efficacement leur rôle de suivi ultérieur de ce contrat.

Cette délégation a subi plusieurs revers mais nous espérons, dans l’intérêt de la collectivité que « cette fois sera la bonne « .

Toutefois, Monsieur le Président, quelques remarques :

A quelques nuances près, cet appel d’offre est le même que celui proposé il y a 3 ans. Or, depuis, par la loi MAPTAM, les réseaux de chaleur et de froid sont devenus – qui plus est à votre demande me semble-t-il – compétence métropolitaine. Et c’est très  bien.

Mais le périmètre de délégation que vous définissez n’est du coup pas très ambitieux. Certains réseaux vont bientôt être à renouveler, certains territoires proches du cœur du développement auraient pu être intégrés. N’abordons pas Confluence dont nous avons parlé lors du denier conseil.

Par ailleurs, à l’heure où s’achève à Lyon le sommet organisé par la Région démontrant l’implication des territoires dans la lutte contre le dérèglement climatique et la prise de conscience des collectivités qu’elles peuvent et doivent pousser à la transition énergétique pour dépasser les volontés de leur propre État, notre groupe est déçu.

En effet, vous ambitionnez pour notre métropole l’exemplarité, l’innovation pour être une capitale européenne. Et là, nous avions l’occasion, sans que cela coûte un euro à la collectivité d’aller plus loin, de pousser l’innovation technologique, d’aller au delà des 60% d’énergie renouvelable (certes déjà un peu plus que les 50%).

Vos prédécesseurs ont été pionniers en créant ce réseau de chauffage urbain et là, nous loupons une occasion de faire un pas supplémentaire. ..

Dans le cadre du Grenelle de l’environnement, les objectifs fixés à l’horizon 2020 sont un triplement du nombre d’équivalents-logements raccordés et une part des énergies renouvelables et de récupération de 75% dans les sources d’approvisionnement des réseaux.

Poussons nos entreprises à l’innovation, pensons à la récupération d’énergie fatale, la géothermie, l’utilisation de la chaleur des eaux usées…

Nous avions l’occasion d’utiliser ces trois ans perdus pour mettre en place une politique volontariste et pionnière pour la lutte contre le réchauffement climatique et vous ne l’avez pas sais.

Notre groupe le regrette.

Je vous remercie.

RSS
Follow by Email
Facebook
Facebook
YouTube
YouTube