GLavacheMonsieur le Président, Mes chers Collègues,

Ce premier rapport sur le maintien à domicile des personnes âgées, fait entrer notre collectivité de plein pied dans cette compétence nouvelle qu’est l’action sociale. C’est dire notre responsabilité quant aux choix des politiques qui seront les nôtres. Concernant plus particulièrement la personne âgée, mais aussi l’accompagnement des familles, nous aurons très vite à fixer la ligne et à prendre toute notre part, justement parce nous sommes désormais une collectivité et non plus un syndicat intercommunal.  Si le maintien à domicile est une action à développer, elle demeurera insuffisante.

Dans 25 ans le nombre de personnes âgées de plus de 80 ans sera en augmentation de 94%, près de 7 millions en 2040. Pour conserver le ratio actuel de 16 lits pour 100 personnes âgées, il faudra créer plus de 240 000 lits en maison de retraite à l’horizon de la même période. Cette projection n’est pas une estimation personnelle, elle relève de l’observation de nombreux experts.

Par ailleurs le constat est hélas simple. Dans notre région tous les voyants sont au rouge : les demandes d’entrées en maison de retraite de toute nature explosent. Les maires et mes collègues en chargent de ces questions dans leur commune le savent bien, vivant au quotidien l’angoisse des familles. Les offres sont insuffisantes ou inadaptées. Les retraites des personnes âgées absorbées pour le financement de l’établissement, quand elles y suffissent.

Les élus UDI et apparentés de la Métropole de Lyon, pensent que la politique de prise en charge des personnes âgées, notamment lorsque la dépendance s’installe, doit devenir une priorité sur notre territoire. Nous devons à la fois accentuer le maintien à domicile pour maitriser la demande, et entreprendre une politique de création d’établissements et de contributions afin d’adapter les tarifs des établissements aux budgets des foyers.

J’ai bien en tête les préconisations du Conseil de développement sur ces questions, alors sans entrer dans une démonstration trop longue, pour faciliter la création d’établissements  avec un bon maillage territorial, sans doute faut-il réfléchir à une baisse du coût des terrains de construction par exemple. Nous sommes une collectivité nouvelle, expérimentale je crois même, et bien osons expérimenter.

La profession du bâtiment ne s’en porterait pas plus mal et nos aînés ne seraient plus expatriés loin de chez eux, parfois dans un autre département parce qu’il y a pas de place, comme l’on dit communément, là où ils vivent souvent depuis longtemps. Ils se retrouvent sans connaissance, sans visite d’amis parce que âgés également ou malheureusement sans visite du tout.

Le Grand Lyon a réalisé de belles voiries publiques pour desservir un temple privé du football. Les élus UDI et apparentés estiment que La Métropole doit avoir la capacité d’inventer une politique humaine, moderne, adaptée pour le mieux être de nos aînés et les accompagner dignement dans ce qui est et sera, pour nous toutes et tous le moment venu, la fin de vie.

 Je vous remercie

RSS
Follow by Email
Facebook
Facebook
YouTube
YouTube