Urbanisme tactique : si l’expérience est concluante, cela pourrait préfigurer un aménagement pérenne futur.

Pour favoriser les modes actifs, la Métropole de Lyon propose une aide financière à l’acquisition de vélos, plus précisément de vélos cargos, de vélos familiaux, de vélos destinés aux personnes à mobilité réduite, de vélos pliants et de vélos à assistance électrique.

Mais Marc Augoyard a souhaité profiter de cette délibération pour évoquer une autre mesure d’incitation de l’usage du vélo que la métropole a mis en œuvre : l’urbanisme tactique, et illustrer les actions de la métropole (positives et négatives) sur le 6e arrondissement de Lyon.

Intervention de Marc Augoyard

Monsieur le Président, Mes chers collègues,

Vous nous proposez une aide financière à l’acquisition de vélos, plus précisément de vélos cargos, de vélos familiaux, de vélos destinés aux personnes à mobilité réduite, de vélos pliants et de vélos à assistance électrique. Ce n’est pas la première fois, et nous en approuvons le principe, comme tout ce qui peut favoriser l’usage des modes actifs.

Deux regrets.

Tout d’abord que la délibération ne vise pas l’aide à l’achat des vélos simples, sans porte charge, sans cargo, c’est sans doute l’usage qui aurait été le plus large et qui aurait touché le plus d’habitants de notre métropole.

Et ensuite que l’annonce en soit déjà faite sur le site internet de la métropole, avant même que nous ne votions. C’est une pratique trop fréquente dans cette institution. L’annonce à la presse prime le vote au conseil. J’espère sincèrement que cette pratique disparaîtra lors du prochain mandat, et je vous le dis d’autant plus librement que je ne siègerai pas dans le prochain conseil.

Je voudrais profiter de cette délibération pour évoquer une autre mesure d’incitation de l’usage du vélo que la métropole a mis en œuvre, l’urbanisme tactique.

C’est une bonne idée en soi. Pour prendre exemple du territoire où je suis élu, le 6ème, je trouve l’expérimentation intéressante, par exemple rue Duquesne ou rue Garibaldi, où, si l’expérience est concluante, cela pourrait peut-être préfigurer un aménagement pérenne futur.

Mais comme beaucoup de bonnes idées, elle pêche parfois dans sa mise en œuvre ou dans le défaut de communication aux riverains et aux commerçants, le manque de réactivité pour en corriger les effets négatifs et, aussi, dans la sanction du non-respect des décisions prises.

Le 4 juin dernier, un premier bilan de ces aménagements a été tiré.

Nous avons pu constater que la rue Duquesne était mentionnée sous le libellé : « quelques congestions non durables », cela fera sans doute grincer les personnes impliquées dans les 4 accidents qui ont eu lieu depuis ainsi que les riverains et utilisateurs …


Quant aux avenues Saxe Foch, plutôt congestionnées depuis le passage à une voie, elles ne semblent pas vous poser de problème. N’est-il pourtant pas possible d’envisager des améliorations ?

Continuons sur l’exemple du 6ème arrondissement, le sacrifice d’une voie quai Charles de Gaulle était-il nécessaire dans la mesure où les TCL ont un site propre sur le quai haut et les cyclistes un itinéraire déjà bien connu sur le quai bas ?

De même l’avenue de Grande Bretagne, où 6 voies cyclables (3 x 2) étonnent encore chacun…. Autant d’énergie serait peut-être plus utile ailleurs ?

Il est donc nécessaire, après la réalisation de mesures de trafic et la réelle prise en compte du terrain de préciser les mesures correctives envisagées, comme le réglage des feux pour éviter la congestion ou encore une remise en cause de telle ou telle configuration là où cela est nécessaire.

En effet, l’image dans la population de ces aménagements est écornée par les bouchons et les difficultés de déplacement qui s’en sont suivies. Ce n’est pas ainsi que l’on favorisera l’usage du vélo ou des transports collectifs. Je crains même le contraire, et personne n’y a intérêt.

Enfin, je souhaite profiter de cette délibération pour remercier très sincèrement et très chaleureusement les services de la métropole avec lesquels j’ai eu l’occasion de travailler au cours de ce mandat, en particulier au titre de ma délégation aux déplacements à la mairie du 6ème. Je pense que nous avons malgré tout fait du beau boulot ensemble, et favorisé le développement des modes actifs dans le 6ème.

Mais je conclurai ma dernière intervention au sein de notre institution par un vœu, un souhait ou un rêve, vous choisirez : que la métropole fasse davantage confiance au terrain. N’ayez pas peur de décentraliser la décision, notamment en matière de services aux habitants. Les communes et les arrondissements sont capables de bien gérer certains projets, on le voit déjà dans les projets de voirie de proximité. N’ayons pas peur d’aller plus loin dans la gestion de certains services aux habitants.

Cette peur de l’éloignement j’en entendais déjà parler lorsque j’étais un jeune élu de 25 ans que je découvrais notre institution qui était encore une communauté urbaine. Je l’entends encore 12 ans après.

Avec la métropole, nous avons la chance d’avoir un outil unique en France. Sachons en utiliser tout le potentiel, tant dans la stratégie que dans la proximité.

Merci !

Marc Augoyard


Conseil de la Métropole du 8 juin 2020

Dossier n°2020-4251 – déplacements et voirie – Renforcement du dispositif d’incitation financière à l’acquisition de vélos dans le contexte de la crise sanitaire liée à l’épidémie de Covid-19 – Attribution d’aides pour la période comprise entre le 17 mars et le 31 décembre 2020 – Abrogation de la délibération du Conseil n° 2020-4084 du 20 janvier 2020 

Intervention de Marc Augoyard